Italiano|English|Español|Français
TAV L-1 inquadramento

« Parque del Lago »

Compétition internationale « Parque del Lago a Quito (Ecuador) ».
Avec Enrico Fontanari, Manuel Ruisanchez.

Mentionné

Le projet s’insère dans un système territorial complexe et en interprète les caractéristiques propres qui le constituent.
Comprendre ce territoire en tenant compte de la morphologie du terrain, des dénivelés, des courbes de niveau et du système des eaux fut le point de départ essentiel pour l’élaboration de ce projet.
La région métropolitaine de Quito a une extension de 420.000 hectares et une population de 2 millions d’habitants. La ville, insérée dans un paysage escarpé, se développe le long d’une vallée. Le long des dénivelés se concentrent des bandes de verdure qui pénètrent dans la ville. Dans ce système, le projet instaure une série de relations entre ces coins de verdure et le noyau urbain. Le réseau routier est aussi affecté par cette morphologie particulière. La ville présente des barrières topographiques et anthropiques qui empêchent le développement et le flux routier.
Bien qu’elle occupe une position décentralisée par rapport au centre historique, la partie de ce territoire dans lequel s’insère le nouveau parc est un espace marginal entre des zones différentes du territoire. L’un des objectifs du projet est de prévoir de nouveaux liens qui connectent des parties de la ville aujourd’hui séparées. Ainsi la proximité avec les quartiers populaires qui méritent d’être pris en considération est particulièrement importante.
Le nouveau parc est un élément de connexion est-ouest entre les deux zones urbaines aujourd’hui séparées et instaure un lien nord-sud entre le système de verdure urbaine qui créé un réseau au centre de la ville et la zone nord de Quito.
Le nouveau parc du lac prévoit l’installation de nouvelles structures collectives, sportives et récréatives pour caractériser cette partie du territoire. Les liens entre les diverses zones de la région métropolitaine seront établis à travers l’insertion de voies à l’usage des voitures, de pistes cyclables, de voies d’eau et de parcours piétons arborés.
Le parc est composé d’éléments divers qui se superposent comme des niveaux et qui cherchent à résoudre la complexité des connexions et à organiser ce vaste espace à travers une disposition rationnelle des liens et des équipements de cet espace.
Le projet intègre de nouvelles constructions parmi lesquelles figurent un musée d’art contemporain, des bureaux, des pôles culturels, une bibliothèque et un parc riche en biodiversité dans lequel se trouve la piste aéroportuaire qui n’est plus utilisée: les parties qui forment cette structure sont reliées à travers des parcours piétons et des routes pour voitures.
Dans ce type de territoire complexe, le projet considère aussi les aspects de la qualité environnementale en prévoyant un recyclage et une réutilisation de la piste de décollage et d’atterrissage de l’aéroport actuel. Cet aspect est aussi très important pour la caractérisation des zones perméables et imperméables du parc. Le matériel récupéré suite à la démolition de la piste sera investi à l’intérieur du nouveau parc.
Le terminal de l’aéroport pourra au contraire être l’objet d’un projet de réhabilitation afin de lui conférer une autre fonction ( centre de conférence et de congrès).
Le nouveau Parc du lac se développe en longueur afin de maintenir l’orientation de la piste aérienne comme témoignage de l’existence ancienne de l’aéroport mais aussi comme élément susceptible d’organiser et d’articuler les diverses composantes.

L-1
L-2
L-3
L-4light
L-5
L-6
NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail

Comments are closed.